Editorial Danses et Musique du Monde


Du 7 au 21 juillet : une quarantaine de stages de danses et musiques folk, du monde et même plus…

Cette année, la semaine folk sera teintée de latinité, avec de nouveaux professeurs tels que German Diaz (Espagne) pour le cours de vielle à roue et Constanza Guzman (chants d’Amérique Latine). A côté d’eux, nous reverrons les fantastiques artistes et enseignants présents en 2017, quelques propositions atypiques, comme les deux stages de Rythme Signé ainsi qu’un atelier combinant mouvement et bien-être, accessible à tous…

La semaine « world » vous emmènera aux quatre coins du monde : Maghreb, Orient, Inde, Amérique Latine et fera aussi la part belle à l’Europe avec quelques nouvelles propositions telles que le Voyage dans l’univers de Filippo Gambetta, accordéoniste italien de folk contemporain aux influences diverses et surprenantes ou un stage de danse en suspension avec Tanya Lazebnik s’adressant particulièrement aux danseurs et circassiens avec une certaine expérience aérienne.

Envie de consolider aussi les succès des professeurs accueillis l’année dernière : les charmantes et éclectiques Divas Dugazon reviennent, Sébastien Taminiau propose un cours d’ensemble axé sur la rencontre des styles, Juan Carlos Rosquete relance son fabuleux stage de musique cubaine qui avait mis tant d’ambiance l’été dernier… En prime, un cours de danses latines avec Maria Eugenia Lopez et Alexander Espinosa et de multiples stages autour du tango, du flamenco, etc.

Focus sur l’Inde avec des professeurs de renommée internationale : Ashok Pathak (sitar), Nabankur Bhattacharya (tabla), Ashish Sankrityayan (dhrupad) et Lucia Anjali (danse indienne Bharata-Natyam).

Cet été, venez donc vous ouvrir au monde à Neufchâteau, en pratiquant la musique, la danse ou le mouvement dans un joyeux mélange d’influences et de personnes !

STANCZYK Christine
Conseillère artistique


 
Après un Master en journalisme et communication à l’ULB (du temps où ça s’appelait encore Licence) et quelques petits jobs de pigiste et autres, j’ai décidé de « changer de vie » et de découvrir Cuba. Grâce à une bourse d’études, j’ai l’occasion de découvrir la fameuse école de cinéma de San Antonio de los Banos fondée par Gabriel Garcia Marquez, où j’ai suivi quelques ateliers de documentaires. C’était en 1989, année de la chute du mur de Berlin et du « periodo especial » à Cuba, c’est à dire, une période où absolument tout manquait à la population sauf le rhum fait maison et les casas de la Trova, où j’ai découvert de fantastiques musiciens d’un âge déjà bien avancé. Quelques années plus tard, certains d’entre eux tourneraient dans le monde entier (mais bon, je n’y suis pour rien…). Un an plus tard, retour en Belgique avec l’envie cette fois de partir pour le Mexique, où j’ai travaillé deux ans pour un centre des droits des indigènes et produit des documentaires, notamment sur le Chiapas juste avant les grandes révoltes..