• +32 61 22 54 79
  • This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

News

En complément de l’exposition Dialogue entre artisanat celte et oeuvres contemporaines (qui pour l’occasion est accessible avant la conférence), l’ADKT vous propose une conférence consacrée à l’artisanat contemporain, donnée par Yvonne Knevels.

Yvonne Knevels a étudié le développement de produit à l’école d’art LUCA. Son travail artistique se situe entre l’art, l’architecture et le design. Ses installations « in situ » dialoguent entre le paysage, l’architecture et l’identité du lieu. Pour cela, elle observe fréquemment la localité. Certaines de ses œuvres d’art naissent dans le cadre d’un projet participatif de quartier, comme « social design ».
Yvonne Knevels enseigne à l’Université d’Hasselt, au sein de la faculté d’architecture et d’art, où elle a également travaillé comme chercheuse sur « les méthodes d’observation par les artistes et l’identité du lieu ».
Elle travaille aussi régulièrement comme professeure invitée dans différentes écoles de Belgique et à l’étranger.

Découvrez son œuvre artistique !

 

Conférence du 09/11 "Sculptures et installations en osier" :

Horaire :
– 18h – 18h30 : accueil au Centre Culturel de Libramont + visite libre de l’expo
– 18h30 – 19h30 : conférence + questions/réponses

Entrée : 3 €
Art. 27 : 1,25 €
HERS : 1.50 €
Infos & réservation :
cclibramont



Du 6 au 8 novembre 2020, nous vous proposons une initiation au massage shiatsu IOKAI avec Madeleine Franken, formatrice de l'école IOKAI shiatsu Belgique.

Ce stage hors saison s'adresse à toute personne désirant s'initier à une pratique corporelle où l'on engage la globalité de la personne (corps-esprit), du praticien ou donneur (shiatsushi) et du receveur (jusha).

Ce week-end bien-être se déroulera en plein cœur de l'Ardenne, au Coworking Gare ! de Poix-Saint-Hubert.


L'occasion de déconnecter, de soulager vos tensions, douleurs... et d'activer votre force physique et mentale.

 

Cliquez ici pour plus d'infos et vous inscrire !



Élie Deworme est l’initiateur de l’AKDT et l’un des membres fondateurs avec Marcel Lambrechts.

Âgé de 88 ans, il est le plus précieux et l’un des plus anciens AKDTiciens.
Jusqu’à décembre 2019, il participait encore activement aux réunions de notre Conseil d’administration.

Voici son histoire !

Depuis quand connaissez-vous l’AKDT ?
En 1972, devenu Député permanent avec la charge de l’enseignement et de la culture, j’ai fait partie du C.A de l’AKDT et j’y ai été désigné comme président. Très vite il m’est apparu que l’AKDT pouvait être un magnifique instrument au service de la culture.
Ainsi, au moment où le monde a tendance à se réduire à l’économie, à la finance, au rendement, la Province de Luxembourg a su maintenir un centre international de la culture.
Comment s’est passé votre arrivée ?
J’ai eu la chance de pouvoir compter sur des collaborateurs efficaces : Robert Parrière, l’Abbé Cornerotte, Carl de Nys…
Vous êtes plutôt aca d’été ou stages hors saison ?
L’AKDT c’est bien mais les stages hors saison peuvent répondre à certains besoins et contribuer au rayonnement de la Province.
Plutôt AKDT à Libramont ou à Neufchâteau ? Les 2.
AKDT : le jour ou la nuit ? Les 2.
Vous choisiriez plutôt l’internat ou l’externat ?
Selon la situation des candidats, internat ou pas, mais le fait de passer des soirées hors du contexte AKDT peut être enrichissant.
Votre plus belle découverte ?
Un très beau souvenir, une belle rencontre avec Jean-Claude Vanden Eynden, lauréat du concours Reine Elisabeth et titulaire d’un master classe piano. Il avait devant lui des stagiaires hautement motivés, apprenant bien plus pendant leur séjour à l’AKDT que pendant l’année.
Comment décririez-vous l’AKDT à quelqu’un qui ne la connait pas ?
L’AKDT est un outil remarquable au service de la culture et que l’on a tout intérêt à sauvegarder.

En un mot, l’AKDT c’est…

L’AKDT, c’est la liberté d’apprendre, à la différence des Académies ou des Conservatoires aux programmes bien établis.

 

L'AKDT vue par Élie Deworme - Épisode 4



En 2015, l’AKDT proposait aux stagiaires de certaines disciplines d’exposer leurs œuvres, le temps d’un été, au Musée des Celtes. L’expérience a été si bien accueillie, que quatre expositions estivales supplémentaires ont été organisées par la suite.
Pour clôturer ce cycle, les deux institutions s’unissent à nouveau et vous présentent du 15 octobre au 17 novembre 2020, pour une ultime fois, ce dialogue entre œuvres contemporaines et artisanat celte au Centre Culturel de Libramont.

À l'occasion de cette 6ème exposition, le catalogue rétrospectif intitulé également "Dialogue entre artisanat celte et œuvres contemporaines" sera distribué gratuitement.
On y retrouve certaines créations des stagiaires qui ont présenté leurs travaux au musée entre 2015 et 2019.

Deux conférences, les lundis 26 octobre et 9 novembre 2020, seront proposées au Centre Culturel pour compléter cette exposition.
Lors de la première soirée, les archéologues du Musée des Celtes Véronique Hurt et Julie Cao-Van vous présenteront les Celtes de l'Ardenne via quelques sites archéologiques emblématiques. La seconde conférence sera donnée par Yvonne Knevels, professeure de vannerie à l'AKDT, et sera donc consacrée à son oeuvre artistique et à l’artisanat contemporain.

 

Expo Dialogue :

Entrée gratuite.
Accessible du lundi au vendredi, de 10h à 16h, et les samedis et dimanches de 13h à 17h.
Fermée les 1er et 11 novembre.

 

Conférence du 26/10 "Les Celtes de Libramont et alentours" :

Entrée : 3 €
Infos & réservation : cclibramont

 

Conférence du 09/11 "Sculptures et installations en osier" :

Entrée : 3 €
Infos & réservation :
cclibramont



Suite aux 5 années d’exposition estivale de l’AKDT au Musée des Celtes, les deux institutions ont récemment réalisé un catalogue rétrospectif d'une cinquantaine de pages intitulé "Dialogue entre artisanat celte et oeuvres contemporaines".
On y retrouve certaines créations des stagiaires qui y ont présenté leurs travaux entre 2015 et 2019.
La thématique de chaque édition est rappelée. Les professeurs y sont présentés, et les techniques celtes et contemporaines sont expliquées.

Le catalogue sera distribué lors d’une 6ème exposition récapitulative.
L'expo "Dialogue" se déroulera au Centre Culturel de Libramont-Chevigny du 15 octobre au 17 novembre 2020.
Deux soirées de conférences seront également organisées par le Musée des Celtes et l'AKDT, dans le cadre de cet événement.

Plus d'informations tout bientôt, avec le programme détaillé !



Pour ce troisième épisode de « L’AKDT vue par… », c’est Vincent Dujardin qui s’est prêté au jeu !

Vincent est Conseiller artistique pour les sessions musicales à Libramont depuis 2013. Mais avant cela, dès 1995, il y a donné cours de saxophone.

Il a également participé à de nombreux stages auparavant à l’AKDT.

Voici ses réponses à nos questions :

1. Depuis quand connaissez-vous l’AKDT ?

Depuis mon 1er stage en tant que stagiaire en juillet 1986 mais j’en avais déjà entendu parler 2-3 ans auparavant par des amis musiciens qui m’en faisaient rêver...

2. Comment s’est passée votre arrivée ?

J’avais été lauréat du concours national du Crédit communal intitulé « Pro Civitate » et un des prix était un stage d’instrument à l’AKDT offert pour 2 années. Grâce à cela, j’ai pu participer à ces stages mythiques en ‘86 et ‘87 car, sans cela, c’eut été impossible, mes parents n’avaient pas les moyens d’offrir ce genre de cours à leurs 4 enfants.

3. Vous êtes plutôt aca d’été ou stages hors saison ?

J’ai donné cours dans les deux formules. Il est vrai que l’été est plus propice à la détente et l’apprentissage car hors du rythme effréné de la vie mais les stages durant l’année scolaire apportent également une belle bouffée d’air capable justement de briser ce rythme. Les deux formules me plaisent.

4. Plutôt AKDT à Libramont ou à Neufchâteau ?

En tant que stagiaire ou professeur, je n’ai jamais vécu que Libramont. Depuis que je suis conseiller artistique, je fréquente plus souvent Neufchâteau et connais mieux cet espace grâce également aux réunions du conseil culturel de l’AKDT.

Même si je n’ai pas de préférence, la formule de Libramont est extraordinaire de par la présence des arts plastiques aux côtés de stages de musique et les collaborations qu’elle permet.

De plus, l’éclectisme des stages de musique à Libramont est unique en Europe ! Peut-être même au-delà… Il s’agit d’une richesse exceptionnelle : on voyage depuis le Moyen-âge aux musiques d’aujourd’hui et elles se côtoient en direct.

5. AKDT : le jour ou la nuit ?

Dans tous les stages, la vie parallèle aux cours est importante. L’AKDT a cette particularité qu’elle permet et incite même à cette vie vespérale et nocturne. Mais cette vie est intimement liée aux stages eux-mêmes et permet la mise en pratique directe des apprentissages grâce aux scènes ouvertes sur lesquelles se produisent spontanément les professeurs et les élèves, une « promiscuité » scénique enrichissante pour tous. Sans parler des soirées plus philosophiques durant lesquelles on refait le monde. En tout cas, on essaie de l’améliorer.

6. Vous choisiriez plutôt l’internat ou l’externat ?

Si l’on veut profiter de tout et donc aussi du spontané ou de l’imprévu, il faut être sur le site car beaucoup de choses surviennent de façon inattendue, jaillissante !
Si on a besoin d’énergie, donc de repos, pour profiter au maximum de son stage, il vaut mieux être en-dehors…

Personnellement, je dors vite et bien, donc comprenez que je préfère la première formule...

7. Vous prendriez vos repas à la cantine ou à l’extérieur ?

Je les prends la plupart du temps in situ : en tant que professeur, c’est un gain de temps important ! Surtout qu’aujourd’hui, il y a toujours moyen de bien y manger.

En tant que conseiller présent 23 jours d’affilée, quelques escapades dans l’un ou l’autre restaurant de la région me font le plus grand bien.

8. Par quel secteur êtes-vous le plus attiré(e) : Musique, Arts plastiques, Danses et musiques du monde, arts du spectacle ?

Forcément, de par mon métier de saxophoniste, par la musique. Mais depuis mes débuts de musiciens, j’ai toujours adoré et pratiqué la multidisciplinarité et même la transdisciplinarité. C’est beaucoup plus enrichissant et épanouissant pour l’artiste qui est en moi.

9. Avez-vous déjà participé à un stage ? Si oui, lequel ?

En tant que stagiaire, ceux de saxophone... il y a bientôt 30 ans (gloups…).

Quel souvenir en gardez-vous ?

Ce n’était pas la même formule qu’aujourd’hui. Nous étions présents durant presque deux semaines et il s’agissait de cours de type master class mais les professeurs étaient déjà de très grande qualité et l’ambiance également déjà au rendez-vous.

10. Le stage que vous aimeriez donner ?

Si je devais à nouveau donner un stage, il s’agirait d’un atelier pluri ou multidisciplinaire basé sur les paramètres conjoints de la créativité, de la création et de l’expression artistiques, que ce soit avec un plasticien, un comédien, un danseur ou tout autre artiste mais qui permet l’enrichissement de l’un par la découverte de l’autre, de sa personne, de ses pratiques et démarches artistiques et humanistes. Thème profondément sociétal s’il en est, peut-être encore plus aujourd’hui...

11. Le stage auquel vous aimeriez participer ?

Peut-être un stage de marqueterie ou orienté vers la lecture. Mais de toute façon, un stage qui permette de prendre du temps pour moi. C’est d’ailleurs un peu ce que font tous les stagiaires : prendre du temps pour soi.

12. Le stage dans lequel vous rêveriez d’exceller ?

Aucune idée… Exceller, tout un programme… Une réalité ? Un possible ? Faire du mieux que je peux, c’est ce que j’ai toujours essayé de faire dans ma vie. C’est aux autres de penser ou d’évaluer si j’ai excellé, pas à moi, me semble-t-il.

13. Quel est le nouveau stage que vous aimeriez programmer ?

J’en ai déjà apporté quelques-uns. S’il n’y avait pas les contingences logistiques inhérentes à tout type d’organisation, il s’agirait d’un stage de création artistique mêlant toutes les dernières technologies.

14. Votre meilleur souvenir à l’AKDT ?

Les rencontres humaines et artistiques que j’ai pu y vivre : j’ai pu rencontrer des personnalités magnifiques, enrichissantes, généreuses et ouvertes. On ne mesure pas assez l’importance que cela peut avoir sur soi et les autres.

15. Votre pire souvenir à l’AKDT ?

La nourriture de la cantine dans les années ‘80… (ha ha).

16. Votre plus belle rencontre ?

Elles sont nombreuses, très nombreuses. Mais, je vais en citer deux qui ont fait l’AKDT et qui lui ont permis d’évoluer au gré des conseillers artistiques et de la société : dès le départ j’ai connu celle qui a peut-être été la « mamy » de tous les stagiaires de l’AKDT, Anne Namurois, qui est partie à la retraite bien méritée il y a quelques années : une gentillesse et une générosité incroyable, incomparable !

Ensuite, Daniel Magnan qui a dû et su s’adapter à toutes les évolutions sur ces 40 années (au moins...), restant à l’écoute des besoins de chacun, cherchant toujours à les comprendre et à les satisfaire, alors que le cadre est parfois étroit ou insatisfaisant pour certains.

Alors que l’AKDT est un peu « leur bébé », ces deux personnes ont permis que l’AKDT soit ce qu’elle est aujourd’hui et surtout qu’elle soit toujours là aujourd’hui. Combien d’artistes ont pu se révéler, s’exprimer, se tester ici, dans cet immense laboratoire artistique ? Il faut que cela dure !!!

17. Votre plus belle découverte ?

C’est difficile d’en dégager une, il y a eu tellement de moments magiques et de rencontres incroyables.

Lié à l’émotion de l’actualité de l’année dernière, je citerai un fabuleux Monsieur : Jean-Didier VANDER VORST. Il incarnait le talent, l’humanisme, l’humilité, la compétence et la vocation, la dévotion à une passion à un métier et aux autres.

18. Avez-vous un scoop/une anecdote à raconter sur l’AKDT ?

En 30 ans, il y en a de trop et certaines doivent rester plutôt secrètes ou, à tout le moins discrètes…

Toute microsociété, comme l’AKDT, devrait refléter la société globale mais ce n’est pas le cas. Ce serait merveilleux si le monde pouvait ressembler partout à l’AKDT.

Une des magies de l’AKDT est aussi de parvenir à créer une véritable équipe, parfois même de véritables amitiés, entre toutes les personnes qui y travaillent, quelque soit leur fonction ou qualité, alors qu’elles n’y prestent pour la plupart que 7 ou 8 jours par an. Incroyable ! Pareil avec les stagiaires : on se voit quelques jours en juillet et puis, de façon impromptue, on croise quelqu’un à Bruxelles, Lisbonne, Kinshasa ou Fontaine-l’Evêque et surgit un : « Oh, tu étais à l’AKDT, je te reconnais ! ».

Autre particularité de l’institution : il y a ceux que l’on appelle « les enfants de l’AKDT » et beaucoup y sont ou y ont été professeurs : mon petit dernier, Matisse, en est un aussi puisque depuis sa naissance, il vient ici et s’engorge, s’enivre (consciemment et inconsciemment) de tout ce qu’il s’y passe, artistiquement mais surtout humainement. Sa pire punition : ne pas pouvoir venir ici !

 19. Comment décririez-vous l’AKDT à quelqu’un qui ne la connaît pas ?

Il s’agit d’un vivier d’apprentissage et de créativité débordant d’énergie duquel on ressort différent de ce que l’on était avant d’y entrer.

20. En un mot, l’AKDT c’est…

MAGIQUE, UNIQUE, A VIVRE AU MOINS UNE FOIS DANS SA VIE !


L'AKDT vue par Vincent Dujardin - Episode 3



Après six années à la tête du Conseil d’Administration de l’AKDT, Etienne Micha passe la main !
Etienne Micha, ancien directeur-préfet des études et inspecteur, a œuvré toute sa vie professionnelle dans la culture et l’éducation. Etienne est convaincu de l’utilité de notre fondation et ose espérer que ce type d’enseignement artistique permet de freiner la violence toujours plus dominante dans notre société.
Etienne a été un Président bienveillant, très présent et coopérant.
Toute l’équipe le remercie chaleureusement pour son travail et sa disponibilité au fil des ans.

Christian Kellen, adossant le rôle d’Administrateur Délégué depuis 2014 a décidé de quitter le navire en même temps.
Les deux fervents défenseurs de la culture en province de Luxembourg étaient devenus de bons acolytes et formaient avec Daniel Magnan, Coordonnateur, le Collège de Direction. Ils se réunissaient ainsi une fois par mois pour prendre les grandes décisions opérationnelles.
Tous les collaborateurs de l’AKDT remercient vivement Christian pour sa motivation, son entrain, ses nombreuses idées et son envie perpétuelle d’inventer l’avenir !

Depuis le 19 mars, la nouvelle équipe du CA est donc en place avec Eric Gelhay, Agent provincial au Service Culture et Sport, comme Président et Jonathan Martin, Echevin (Culture, Patrimoine, Tourisme, Participation citoyenne… ) à Libramont-Chevigny, comme Administrateur Délégué.

Ils sont tous les deux prêts à relever avec brio le nouveau défi qui les attend !

Nous vous invitons à découvrir leur présentation personnelle par ici...



Musique

Période 1 - 03/07/2021 - 10/07/2021
Période 2 - 11/07/2021 - 18/07/2021
Période 3 - 19/07/2021 - 25/07/2021

Arts plastiques

Période 1 - 04/07/2021 - 10/07/2021
Période 2 - 11/07/2021 - 17/07/2021
Période 3 - 19/07/2021 - 25/07/2021

Danses et musiques du monde

Attention : du samedi au samedi
Période 1 - 03/07/2021 - 10/07/2021
Période 2 - 10/07/2021 - 17/07/2021

Arts du spectacle

Attention : du dimanche au dimanche
Période 3 - 18/07/2021 - 25/07/2021
Période 4 - 25/07/2021 - 01/08/2021

 



Chères AKDTiciennes, chers AKDTiciens,

C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que nous vous faisons parvenir ce message.

Suite aux dernières décisions et recommandations du Conseil national de sécurité, nous nous voyons dans l’impossibilité de maintenir la saison 2020 de l’AKDT en l’état.

La crise du Covid-19 qui touche actuellement notre pays et les mesures qui s'imposent pour y mettre un terme, contraignent le Conseil d’administration, en concertation avec tous les acteurs-décideurs de l’AKDT, à annuler dès aujourd’hui ce qui aurait été sa 58ème saison, programmée du 4 juillet au 2 août 2020.

Soyez assurés qu’après cette année de jachère, nous reviendrons vers vous avec toujours plus d’envie, de propositions et de partage. C’est en effet la culture -sa pratique et son apprentissage- qui nous fera renaître dans cette société, et nous permettra, à nouveau, de faire sens ensemble.

Nous vous remercions pour votre compréhension et l’intérêt que vous portez à notre Fondation d’Utilité Publique et vous donnons rendez-vous dès à présent en juillet 2021.

Prenez bien soin de vous et de vos proches.

Eric Gelhay,
Président

Jonathan Martin,
Administrateur délégué

Daniel Magnan,
Coordonnateur



Le coordonnateur de l’AKDT, Daniel Magnan, connait l’institution et y travaille depuis bientôt 43 ans.

Il a été engagé le 5 mai 1977, d’abord, comme animateur-coordonnateur. Il s’occupera ensuite principalement du secrétariat, de la conception des supports promotionnels, ainsi que de leur impression et également de la gestion des stages au niveau matériel et transports...
A deux reprises, de 1987 à 1991, puis de 2001 à 2004, il a cogéré la maison avec Anne Namurois et les administrateurs délégués de l’époque.
C’est depuis 2008 qu’il assure, avec le Président et l'Administrateur délégué, la gestion journalière de la Fondation d'Utilité Publique, en tant que coordonnateur.

Passionné par la nature et les arts plastiques, l’Académie d’été n’a donc plus de secrets pour Daniel après autant d’années !

 

Plongez dans son AKDT…

1. Depuis quand connaissez-vous l’AKDT ?
Début des années 1970. Encadrement d’un premier stage à Mirwart en janvier 1977.
2. Comment s’est passé votre arrivée ?
Très simplement car je connaissais déjà les lieux où se déroulaient ce premier stage et l’ASBL AIEW (Académie Internationale d’Été de Wallonie).
3. Vous êtes plutôt aca d’été ou stages hors saison ?
Les deux. Je me suis beaucoup occupé des stages hors saison de 1985 à 1999.
4. Plutôt AKDT à Libramont ou à Neufchâteau ?
Les deux par définition.
5. AKDT : le jour ou la nuit ?
Le jour.
6. Vous choisiriez plutôt l’internat ou l’externat ?
L’externat.
7. Vous prendriez vos repas à la cantine ou à l’extérieur ?
A la cantine.
8. Par quel secteur êtes-vous le plus attiré(e) : Musique, Arts plastiques, Danses et musiques du monde, arts du spectacle ?
Arts plastiques et les autres également.
9. Avez-vous déjà participé à un stage ? Si oui, lequel ?
Oui, des stages hors saison. De vannerie en 1978-1979.
Quel souvenir en gardez-vous ? Très belle expérience avec de vieux vanniers qui ne demandaient qu’à transmettre (Aimé Gérard et Fernand Lamouline).
10. Le stage que vous aimeriez donner ?
Découverte de la nature.
11. Le stage auquel vous aimeriez participer ?
Technique de la soudure.
12. Le stage dans lequel vous rêveriez d’exceller ?
Transformer le bois.
13. Quel est le nouveau stage que vous aimeriez programmer ?
Un stage en collaboration avec l’association française : Le vent des forêts.
14. Votre meilleur souvenir à l’AKDT ?
Les premières années passées en été à Virton avec les sessions Manuelles et Visuelles à l’époque.
15. Votre pire souvenir à l’AKDT ?
Rien de particulier à signaler.
16. Votre plus belle rencontre ?
La magie de ce lieu UTOPIQUE et HORS DU TEMPS qu’est l’AKDT !
17. Votre plus belle découverte ?
La joie sur les visages des participants à l’issue d’une semaine de stage.
18. Avez-vous un scoop/une anecdote à raconter sur l’AKDT ?
Une panne de camion sur l’autoroute lors d’un retour de matériel à Tournai vers 21h avec retour à la maison à 3h ou 4h le lendemain.
19. Comment décririez-vous l’AKDT à quelqu’un qui ne la connait pas ?
Il faut vivre au moins une fois cette expérience pour en découvrir toutes les richesses.
20. En un mot, l’AKDT c’est…
Un lieu d’éducation permanente.
Bientôt je quitterai le navire avec le sentiment d’un travail bien accompli durant 45 ans.

L’AKDT vue par Daniel Magnan – Episode 2



TV Lux a parlé de nos deux stages hors saison organisés durant les vacances de Carnaval dans le JT du 27 février.
Les journalistes ont d'abord visité le stage de création de parures et bijoux à partir de résine epoxy avec Rosy Le Bars à La Gatte d'Or à Harsin.
Ils sont ensuite passés dans le cours de tango argentin avec Elisabeth Mullier et Tim Vermeulen au Centre Culturel de Libramont.

 


Vous êtes réalisateur, acteur, monteur, cadreur ou encore ingé son professionnel, étudiant ou amateur, et vous avez envie de vous mettre à l’épreuve, voilà ce qu’il vous faut !
Dans le cadre du Mai’li Mai’lo culturel qui se déroulera les 30 & 31 mai 2020, la Province de Luxembourg et ses partenaires cinéma organisent un challenge courts-métrages.

Consultez l’annonce complète et le règlement ici :

Annonce et règlement page 001

Annonce et règlement page 002


Après une première édition réussie en 2019 avec les contes et le yoga d'Isabelle Prévost, nous vous proposons du 10 au 12 juillet 2020 un week-end bien-être en plein cœur de l'Ardenne, à Poix-Saint-Hubert.

Cette foisi-ci, l'exercice du Qi Gong a été retenu. Cette discipline chinoise offre souplesse, fluidité, vitalité et détente...

Vous apprendrez aussi le "jeu du cerf" avec Philippe Beumier.

Prix du stage : 125 €

ATTENTION, le groupe est limité à 10 personnes.
Infos complètes & inscription : ici

Une collaboration avec l'Espace Coworking Gare !, l'hôtel Le Val de Poix et le restaurant Les Gamines.

Partenaire Gare logo


Inge De Winter a été engagée à l’AKDT en mars 2001.
Cela va donc faire 19 ans que cette Néerlandophone, qui vit en Ardenne depuis 20 ans, s’occupe des inscriptions des stages. Autant dire que ça fait beaucoup de monde !
Depuis l’été 2001, 36 309 stagiaires ont été enregistrés. Inge a donc traité bien plus de demandes depuis son arrivée. C’est sans doute elle qui connait le plus de stagiaires qui sont passés par Libramont ou Neufchâteau ; s’occupant également des accueils sur place les premiers jours de stages.
Elle gère aussi les internes et traduit les contenus du site internet en néerlandais et anglais.
A côté de son travail, Inge fait partie de la chorale de Forrières depuis 2003, la Schola Camille Jacquemin, et est souvent choisie pour chanter les parties solos.
Elle fait également du tango, de manière régulière, avec son compagnon depuis maintenant deux ans.
Nous comprenons donc sa passion, qui dure depuis bientôt 20 ans, pour l’AKDT et les stages de chant et de danse en particulier.


Découvrez son interview en tant qu’AKDTicienne…

1. Depuis quand connaissez-vous l’AKDT ? 2000.
2. Comment s’est passé votre arrivée ? J’ai postulé à l’AKDT avec succès en 2000.
3. Vous êtes plutôt aca d’été ou stages hors saison ? Hors saison !
4. Plutôt AKDT à Libramont ou à Neufchâteau ? Les 2.
5. AKDT : le jour ou la nuit ? Le jour.
6. Vous choisiriez plutôt l’internat ou l’externat ? Internat.
7. Vous prendriez vos repas à la cantine ou à l’extérieur ? Les 2.
8. Par quel secteur êtes-vous le plus attiré(e) : Musique, Arts plastiques, Danses et musiques du monde, arts du spectacle ? Les 3 premiers.
9. Avez-vous déjà participé à un stage ? Si oui, lequel ? Oui, Chant Jazz et Tango.
Quel souvenir en gardez-vous ? Très bon niveau des profs et endroit agréable, petit groupe sympa, des cours intensifs.
10. Le stage que vous aimeriez donner ? Une chorale pour enfants (8-12 ans).
11. Le stage auquel vous aimeriez participer ? Euh… au moins 40 stages différents m’intéressent… en arts plastiques, en danse et en chant !
12. Le stage dans lequel vous rêveriez d’exceller ? Tango argentin, chants,...
13. Quel est le nouveau stage que vous aimeriez programmer ? Faire une maquette, quilt contemporain, yoga et méditation, grimage,…
14. Votre meilleur souvenir à l’AKDT ? Mon contrat !
15. Votre pire souvenir à l’AKDT ? /
16. Votre plus belle rencontre ? Mon cher partenaire Hans en 2017.
17. Votre plus belle découverte ? Techniques diverses des Arts plastiques et les danses…
18. Avez-vous un scoop/une anecdote à raconter sur l’AKDT ? Oui, mais bien trop long pour l’écrire !
19. Comment décririez-vous l’AKDT à quelqu’un qui ne la connait pas ?
Un endroit où on combine les vacances d’été, des rêves, la beauté, l’ambiance, la convivialité, les techniques artistiques dans un cadre unique et vert avec des rencontres exceptionnelles des gens du monde entier.
20. En un mot, l’AKDT c’est…
Un travail agréable pour créer chaque été un meilleur souvenir de l’année en route.

 

L'AKDT vue par Inge De Winter - Episode 1


© 2017 AKDT - Royale Académie Internationale d'Eté de Wallonie